BRÈVES

Roadmap for a comprehensive and coherent network of well managed MPAs in the Mediterranean
La Feuille de route des AMP de Méditerranée

Une vidéo du CAR/ASP sur le développement de la Feuille de route.


Mediterranean Marine Protected Areas as nature-based solutions to climate change
Les AMP de Méditerranée et le changement climatique

Une video de l'UICN sur les Aires Marines Protégées comme une solution au changement climatique basée sur la nature


.

Le Forum est labélisé COP22


  • The IUCN Green List builds momentum in China for effective protected and conserved areas Work...
  • On World Day to Combat Desertification we look at how conserving soil biodiversity can make...
  •   What are the boundaries? Where are the limits? Our water, food and air, our livelihoods and...
SS3 - Les réseaux régionaux d’AMP et les Conventions Régionales : les secrets de leur réussite pour atteindre les défis globaux

30 nov - 14:30 / 16:00               Salle: Maroc 2

Organisateurs :  MedPAN, CAR/ASP
Modérateur :    Charlotte Gobin, consultant

Résumé de la session

Plusieurs réseaux professionnels régionaux d’AMP existent dans le monde: MedPAN (Méditerranée), CaMPAM (Caraïbes), RAMPAO (Afrique de l’Ouest), WIOMSA (Océan Indien Occidental), Maia (Atlantique), Panache (Manche), NEAMPAN Asie), NAMPAN (Amérique du Nord) ... Il existe un nouveau projet européen relatif au réseau transatlantique des AMP.
Ces réseaux de gestionnaires d’AMP sont des catalyseurs et des facilitateurs essentiels pour le développement de réseaux écologiques d’AMP. Ces dernières décennies ont vu les réseaux de gestionnaires d’AMP croître en nombre et en visibilité. Ils sont reconnus pour leur capacité à répondre aux besoins des gestionnaires d’AMP et pour être une plate-forme de production et de partage des connaissances. Mais cependant, leur fonctionnement à long terme est souvent difficile à assurer.
Le soutien des réseaux professionnels d’AMP prend plusieurs formes: plaidoyer aux niveaux régional et international, communication et mise en réseau des différentes parties prenantes, renforcement de la compréhension commune et des connaissances scientifiques, élaboration de bases de données et d’analyses régionales, amélioration de la visibilité et formulation de recommandations pour une meilleure intégration des AMP dans le cadre de la planification spatiale marine et de la gestion intégrée des zones côtières.
Les réseaux professionnels d’AMP améliorent également l’efficacité de la gestion des AMP grâce au renforcement des capacités, aux échanges formateurs entre les gestionnaires d’AMP, à la promotion des leçons apprises et des meilleures pratiques, à la promotion de la gouvernance participative, à l’élaboration de lignes directrices de gestion et à la recherche de ressources financières nouvelles et durables pour les AMP.
Les aires marines protégées (AMP) peuvent jouer un rôle important en tant que «sites sentinelles» dans les différentes mers régionales et contribuer aux stratégies de gestion visant à atténuer et à s’adapter aux effets du changement climatique. Les réseaux d’AMP peuvent promouvoir ce rôle et améliorer la contribution des AMP à la résilience et à l’adaptation environnementales.
Les réseaux régionaux d’AMP ont collaboré ou ont collaboré étroitement avec les conventions régionales (conventions des mers régionales, ORGP ...) pour atteindre l’objectif Aichi 11, SAMOA Pathway, SGD14.5 et d’autres objectifs mondiaux.

introduction:

Aperçu des réseaux régionaux actuels d’AMP
Intervenante :  Charlotte Gobin, consultant pour MedPAN
Au cours des dernières décennies, les réseaux de gestionnaires d’AMP se sont multipliés en nombre et en visibilité. Tous différents dans leur structure, leur statut et leur stade de développement, ils ont néanmoins de nombreuses similitudes, notamment en ce qui concerne les outils utilisés pour la communication, le renforcement des capacités, la production de connaissances et le soutien financier aux AMP. Ces réseaux ont démontré leur valeur ajoutée en diffusant des modèles de gestion viables et fonctionnels, en donnant l’occasion aux AMP de devenir des acteurs clés dans le domaine marin plus vaste, en fournissant des outils complets d’information et de soutien aux décisions . Mais les réseaux de gestionnaires d’AMP partagent aussi des défis communs, notamment en conciliant les différents programmes (locaux, régionaux et internationaux), en maintenant la dynamique et l’appropriation de ces cadres par les gestionnaires d’AMP, en renforçant les synergies et la coordination avec les différents partenaires au niveau régional. Un moyen de renforcer, de soutenir, mais aussi de reproduire, multiplier les réseau de gestionnaires d’AMP serait de favoriser la collaboration, la mutualisation et la contribution croisée entre ces réseaux.


Retour de la session conjointe du Congrès d’Hawaii, sur le potentiel pour une mobilisation conjointe des réseaux régionaux d’AMP dans le mondes

Intervenants :  Purificacio Canals, MedPAN & Khalil Attia, CAR/ASP
Au cours des dernières années, certains des réseaux régionaux d’AMP ont commencé à partager et à mutualiser leurs expériences. Par exemple, lors du Congrès IMPAC3 en 2013, un ensemble de recommandations clés a été rédigé afin d’améliorer leur efficacité et de mieux les intégrer dans un cadre plus large de gestion intégrée. En poursuivant cette voie, plusieurs réseaux ont décidé d’aller de l’avant en renforçant leur collaboration et leur mobilisation à l’occasion du Congrès mondial de la nature à Hawaii

PANEL 1 : Facteurs critiques pour appuyer la mise en place de réseau sur le long terme

Presentation :

Gouvernance participative des aires marines protégées en Afrique de l’Ouest: enseignements tirés et bonnes pratiques
Intervenante :  Marie Suzanne Traoré, Rampao
Au cours des dernières décennies, plus de 30 aires marines protégées (AMP) ont été créées en Afrique de l’Ouest, couvrant une diversité d’approches de gouvernance. La création de ces AMP a augmenté la superficie protégée de près de 1 587 000 ha en 2004 à plus de 2 722 000 ha en 2014, soit 12,7% des eaux territoriales. Il est important d’atteindre l’objectif d’Aichi en matière de pourcentage de protection des eaux territoriales, mais il est également essentiel de veiller à ce que la gouvernance des zones protégées soit efficace et équitable. Cette présentation décrit l’originalité et la diversité des approches de création d’AMP dans la région et le rôle du Réseau ouest-africain des AMP (RAMPAO) dans le soutien à ces processus de création.

Presentation :

Durabilité financière
Intervenante :  Paule Gros, Fondation MAVA

Presentation :

CaMPAM du  Programme pour l’environnement des Caraïbes du PNUE: répondre aux besoins des gestionnaires d’AMP et maintenir une relation étroite avec les membres;
Intervenante :  Alessandra Vanzella-Khouri,  UNEP-CEP SPAW
Depuis 1999, et grâce au mandat du protocole SPAW de la Convention de Carthagène administrée par le Programme des mers régionales des Caraïbes du PNUE, le Réseau de gestion des aires marines protégées des Caraïbes (CaMPAM)a été développée avec une forte reconnaissance comme Programme de renforcement des capacités. Les outils initiaux proposés par les 50 gestionnaires d’AMP réunis en 1997 sont toujours pertinents: formation de formateurs avec des activités locales de suivi, subventions avec assistance technique pour diffuser les meilleures pratiques de gestion marine, outil de communication actif pour partager l’information et les expériences Liste CaMPAM et site internet CaMPAM) et une session à la GFCI (commission des pêches) annuelle, la plus importante conférence sur les sciences de la mer dans les Caraïbes.
Les activités du CaMPAM se sont développées pour répondre aux besoins changeants de la communauté des gestionnaires marins qui, à leur tour, reflètent la détérioration des écosystèmes et des services côtiers de la région, les effets peu définis du changement climatique mondial et du manque de capacité humaine et la sensibilisation des différents secteurs de la population dans les 38 pays et les territoires européens et américains. Ces besoins ont été recueillis grâce au retour des membres du réseau CaMPAM, des bénéficiaires des projets, du SPAW STAC et de plusieurs autres réunions régionales pertinentes sur la planification côtière, la gestion des aires marines et la recherche sur les écosystèmes. Le maintien de ce réseau nécessite le maintien d’un outil de communication et d’information convivial et d’un flux de services aux membres afin de répondre à leurs besoins prioritaires changeants, tous soutenus par le PNUE-CEP avec le financement de différentes sources engagées pour soutenir le Programme SPAW, des agences de coopération gouvernementales américaines, ainsi que des institutions et des experts nationaux et internationaux de conservation..

Présentation :

Etablissement de nouveaux réseaux
Intervenant :  Robert Turk, Adriapan
AdriaPAN, le réseau adriatique des aires protégées, est une initiative venant de la base, lancée sur les rivages italiens de l’Adriatique. Fondée par la Charte de Cerrano, signée initialement par 10 aires protégées italiennes, elle regroupe aujourd’hui 42 membres et plus de 50 organisations associées impliquées d’une manière ou d’une autre dans des activités concernant les aires protégées et intéressées par les activités d’AdriaPAN. L’objectif principal du réseau est d’encourager les contacts permanents et la collaboration entre les aires protégées de la région adriatique afin d’améliorer leur gestion, leur visibilité et par conséquent d’assurer leur rôle actif dans la conception du développement futur de la région. Le fonctionnement du réseau, y compris le secrétariat, repose principalement sur des projets, obtenus grâce à divers mécanismes financiers. Cela fonctionne très bien en termes d’interactions et de collaborations avec les aires protégées, mais il n’assure pas un rôle stable et à long terme du réseau en tant que structure de soutien aux aires protégées et en tant qu’acteur régional important en termes de ressources marines et côtières pour la conservation de la biodiversité. En début d’année, certains membres du réseau ont élaboré une proposition de projet qui pourrait être financée par le programme INTERREG ADRION, afin d’étudier les possibilités de financement de la structure et surtout de la rendre opérationnelle sur l’ensemble de la région Adriatique-Ionienne.

PANEL 2: Collaboration entre les réseaux régionaux d’AMP et les conventions des mers régionales

Présentation :

Convention de Barcelone
Intervenant : Gaetano Leone, PNUE/PAM

Présentation :

Convention de Cartagena
Intervenante : Alessandra Vanzella Khouri, PNUE/CEP

PANEL 3: Vers un plan d’action commun

Présentation :

La Base de données mondiale des aires protégées, et connaissances associées sur les AMP
Intervenant :  Dan Laffoley, IUCN’s World Commission on Protected Areas
Au cours des dernières années, la protection des zones marines s’est considérablement accrue, mais ces zones ne représentent encore que près de 4% de la superficie de l’océan mondial. L’analyse montre que les niveaux de protection par région sont biaisés, certains pays affichant des niveaux élevés de protection qui faussent les statistiques globales. L’accent a également été mis principalement sur la réalisation de l’objectif 11 d’Aichi par la Convention sur la diversité biologique que les pays ont signée. Nous connaissons très peu l’autre aspect de cet objectif, comme l’efficacité, la connectivité et l’équité. Nous savons que de nombreux secteurs importants de la biodiversité marine ne sont toujours pas protégés. Le manque d’information sur l’efficacité doit nous interroger sur ce que sont réellement des AMP « protégées » ; de plus, il également existe des preuves que certaines des AMP de grande surface ont une gestion insuffisante.
La base de données mondiale sur les aires protégées (WDPA) est le référentiel officiel des données et est utilisée pour les rapports officiels auprès des pays et des conventions sur les progrès accomplis. La WDPA s’est considérablement améliorée au cours des dernières années, mais la GDPAME (base de données mondiale sur l’efficacité de la gestion des aires protégées) est malheureusement incomplète. Le maintien de ces bases de données normalisées à l’échelle mondiale est essentiel au suivi des progrès mondiaux et il assure une fonction de veille qui encourage les pays à se renforcer. Il est incroyable que, parmi toutes les cibles d’Aichi, la cible 11 soit la seule cible qui ait montré des progrès positifs, et c’est l’existence de la WDPA qui l’a menée.
Le maintien et l’amélioration de nos données sur les AMP sont nécessaires pour responsabiliser les pays et garantir que cela soit réalisé rapidement, efficacement ; la collaboration entre les réseaux régionaux d’AMP et leurs partenaires n’est pas seulement importante, mais essentielle pour les progrès futurs.

Présentation :

Partage des bonnes pratiques : DG Environment / Commission Européenne
Intervenant : Vedran nikolic, Transatlantic MPAs, Natura 2000 biogeographic approach
Les pays de l’Union européenne ont une expérience en matière de mise en place d’AMP avec plus de 6% des mers européennes dans le cadre du réseau Natura 2000 marin comprenant plus de 3000 sites désignés en vertu de la législation européenne sur la nature. La gestion du réseau Natura 2000 est discutée au sein des séminaires sur la gestion des sites Natura 2000 visant à assurer une approche coordonnée au niveau européen.
En 2016, l’Union européenne a lancé le projet «Vers un partenariat transatlantique des aires marines protégées» afin de promouvoir la coopération entre les gestionnaires des AMP dans les pays et territoires de l’océan Atlantique. Il est conçu pour stimuler l’échange et le partage des meilleures pratiques pour améliorer la gestion efficace des AMP, en réunissant les deux côtés de l’Atlantique dans des projets de jumelage.
La nouvelle initiative de l’Union Européenne en matière de gouvernance de l’océan entend renforcer davantage la coopération européenne avec les organisations internationales concernées en vue d’atteindre l’objectif d’Aichi et de promouvoir une gestion efficace des AMP. Ces actions consistent à promouvoir l’échange de bonnes pratiques et à soutenir les efforts visant à mettre en place des réseaux cohérents d’AMP, à renforcer la coopération régionale et internationale pour développer des mécanismes de financement durables pour les AMP et pour fournir des fonds grâce à Horizon 2020 et LIFE en matière de recherche marine essentielle pour la création d’AMP en coopération avec des partenaires internationaux.