BRÈVES

Roadmap for a comprehensive and coherent network of well managed MPAs in the Mediterranean
La Feuille de route des AMP de Méditerranée

Une vidéo du CAR/ASP sur le développement de la Feuille de route.


Mediterranean Marine Protected Areas as nature-based solutions to climate change
Les AMP de Méditerranée et le changement climatique

Une video de l'UICN sur les Aires Marines Protégées comme une solution au changement climatique basée sur la nature


.

Le Forum est labélisé COP22


  • The IUCN Green List builds momentum in China for effective protected and conserved areas Work...
  • On World Day to Combat Desertification we look at how conserving soil biodiversity can make...
  •   What are the boundaries? Where are the limits? Our water, food and air, our livelihoods and...
SS2 - Les AMP: des outils pour atténuer et s’adapter au changement climatique

29 novembre - 16:30 / 18:00 dans la salle Libye

Organisateurs: MedPAN

Modérateurs: Giuseppe Di Carlo (WWF Mediterranean) & Daniel Cebrian (RAC/SPA)

Résumé de la session et études de cas:

Les Aires Marines Protégées (AMP) jouent un rôle important comme «sites sentinelles» où les effets du changement climatique peuvent être étudiés et des stratégies de gestion peuvent être développées pour s’adapter à de tels impacts négatifs. Les AMP individuelles et les réseaux d’AMP ont donc un rôle important à jouer pour améliorer notre compréhension et appuyer au développement de stratégies pour faire face au changement climatique.
Etant donné que la résilience des écosystèmes est l’un des principaux éléments dont nous avons besoin pour faire face au changement climatique, il est important de souligner que les AMP présentent des écosystèmes en meilleur santé et des populations plus viables de plusieurs espèces par rapport aux sites non protégés. Ces éléments peuvent être essentiels pour la régénération des zones adjacentes où les impacts du changement climatique ont été plus importants.
Les AMP offrent des moyens légitimes de stocker du carbone et de compenser certains impacts du changement climatique. Les AMP aident à réduire et à éviter les émissions de carbone grâce aux écosystèmes «carbone bleu». Et quand les AMP impliquent la restauration active des écosystèmes, tels que les mangroves, les marais salants et les herbiers marins - elles aident aussi à séquestrer du carbone.
La session vise à mettre à jour la feuille de route des AMP de Méditerranée avec de nouvelles cibles et actions à mettre en oeuvre à tous les niveaux pour mieux prendre en compte le changement climatique dans la gestion et la planification des AMP. Les recommandations de la COP22 seront prises en compte..


Introduction:

Cadre politique
Intervenant :  Mohammed Ribi (HCEFLCD)
retour de la COP22 et de la MedCOP22 : principales conclusions/recommandations ; mise en valeur de la mobilisation des acteurs de Méditerranée sur les solutions basées sur la nature
Intervenant : Abdelmalek FARAJ ,  INRH (Maroc)
Retour sur la Journée Océan pendant la COP 22 et information sur l’initiative de croissance bleue.


contexte:

Contexte scientifique et prévisions pour la Méditerranée
Intervenant :  Gérard Pergent, Université de Corte, France
L’augmentation de la concentration atmosphérique en gaz à effet de serre modifie le fonctionnement des écosystèmes marins à travers l’augmentation de la température des eaux, du niveau de la mer, la diminution du pH (acidification) et la plus grande fréquence des évènements extrêmes. Les stratégies permettant de réduire ses impacts se concentrent autour de deux approches complémentaires : (i) une réduction des émissions des gaz à effet de serre et (ii) la conservation et le renforcement des réservoirs et puits capables de séquestrer ces gaz.
Le bassin méditerranéen est l’une des zones de la biosphère les plus exposées au changement climatique ; un réchauffement global de plus de 1.5°C entrainerait des changements jamais vus depuis les 10.000 dernières années avec notamment une aridification du Sud et de l’Est du bassin.
Les conséquences sur les écosystèmes marins seraient majeures, tant au niveau de sa diversité biologiques (espèces, habitats), du fonctionnement des écosystèmes et de ses ressources vivantes. Toutefois, les écosystèmes littoraux méditerranéens possèdent des puits de carbone inestimables qui contribuent à la réduction de l’impact du changement climatique et dont la conservation constitue une priorité.

PANEL DISCUSSION 1: Les AMP comme sentinelles

ETUDE DE CAS :

T-MEDNet: un réseau de collaboration en Méditerranée pour suivre et évaluer les effets du changement climatique dans les AMP
Intervenant : Joaquim GARRABOU, Institut de Ciències del Mar (ICM-CSIC), Barcelona, Espagne, Mediterranean Institute of Oceanography (MIO), Marseille, France
Le réseau T-MEDNet met en œuvre des séries climatiques sur le long-terme et à haute fréquence dans les eaux côtières de surface à des échelles temporelles et spatiales pour la première fois en Méditerranée.
T-MEDNet est une fructueuse histoire de collaboration rassemblant gestionnaires d’AMP et scientifiques marins. L’initiative a été essentielle pour construire des bases solides sur les dynamiques saisonnières de stratification et améliorer notre détection, notre compréhension et nos capacités de prévision sur les effets du changement climatique sur la biodiversité marine et côtière. Ces résultats sont clés pour développer des évaluations réalistes de vulnérabilité et de risque pour le climat présent et futur pour mettre en oeuvre des plans de conservation et de gestion adaptative à l’échelle locale et régionale.

ETUDE DE CAS :

Indicateurs de l’impact du changement climatique dans 3 Aires Spécialement Protégées d’Importance Méditerranéenne
Intervenant :  Daniel Cebrian, CAR/ASP
Une des priorités méditerranéennes pour la conservation de la biodiversité marine est la mise en oeuvre de réseau de suivis des impacts du changement climatique dans les AMP, intégrant les ASPIMs, par des indicateurs spécifiques à la région méditerranéenne.
Treize indicateurs des impacts du changement climatique ont été identifiés par le PNUE/PAM-CAR/ASP pour être mis en pratique dans les AMP; cinq d’entre eux sont d’importance prioritaire et la mise en oeuvre de leur suivi a été conseillée aux gestionnaires des AMP et aux pays. Ainsi, le PNUE/PAM-CAR/ASP a conduit une étude initiale grâce à un groupe d’expert scientifique en matière de suivi du changement climatique pour évaluer ces indicateurs dans trois ASPIMs pilotes.
Le résultat a été la production d’un document intitulé «Indicateurs de l’impact du changement climatique dans trois Aires Spécialement Protégées d’Importance Méditerranéenne», qui présente comment les indicateurs prioritaires ont été étudiés et suivi dans trois ASPIMs. Sur la base de l’expérience dans ces trois sites, et grâce à la connaissance des auteurs, un cadre détaillé et plusieurs méthodes au rapport coût-efficacité intéressant ont été proposés pour soutenir la mise en oeuvre et la mise en place d’un suivi des indicateurs réalisables en matière de changement climatique dans les ASPIMs et d’autres AMP de Méditerranée ainsi que d’autres écorégions marines..

PANEL DISCUSSION 2: Les gestionnaires d’AMP comme «gardiens» de la capacité de la plupart des écosystèmes marins à être résilient et à s’adapter efficacement au changement climatique et comme «écoles» pour augmenter la sensibilisation sur les impacts du changement climatique et la vulnérabilité de la biodiversité marine

ETUDE DE CAS :

ClimVar Project
Intervenant :  Antoine Lafitte, Plan Bleu
 En tant que partenaire, le Plan Bleu a participé de 2012 à 2015 au projet ClimVar. L’objectif de ce projet était de montrer en quoi l’approche GIZC est un outil efficace pour l’intégration des impacts du changement climatique dans les stratégies nationales de planification côtière.
Le Plan Bleu a donc développé divers produits comme une plateforme d’échange de données, un jeu d’indicateurs, des rapports méthodologiques et une méthode participative pour co-élaborer des mesures d’adaptation au niveau local. La présentation se concentrera sur le résultat de l’activité à Kerkennah en Tunisie : «Présentation du projet ClimVar et de l’activité liée à l’archipel de Kerkennah: mise à jour du plan de gestion des zones côtières, en mettant l’accent sur la contribution des écosystèmes à la réduction de la variabilité et des impacts du changement climatique».

ETUDE DE CAS :

Valoriser les espèces invasives comme un outil pour une gestion durable de la pêche et d’adaptation au changement climatique dans l’Aire Marine Protégée de la Baie de Gökova, Turquie.
Intervenant :  Zafer Kizilkaya, Mediterranean Conservation Society
l’Aire Marine Protégée de la Baie de Gökova  située à l’Est de la Méditerranée a été l’une des premières AMP où l’apparition et les impacts d’espèces invasives originaires de l’Océan Indien et de Mer Rouge ainsi que l’augmentation de la température de l’eau ont été observés. Les efforts fructueux de gestion de la Société de Conservation méditerranéenne en concevant des gardes marins communautaires depuis 2012 et des schémas de contrôle des zones de non pêche pour améliorer l’efficacité des zones de non pêche avec la coopération des gardes-côtes et d’autres acteurs pertinents ont résulté en l’augmentation de cinq fois plus de revenus des communautés locales et sept fois plus de biomasse en poisson dans les aires protégées. La promotion de la consommation d’espèces invasives commerciales et leur approvisionnement constant a eu un effet positif sur le plan d’action de l’AMP en ayant changé les habitudes de pêche des populations locales. Etant donné que la stricte mise en application des règlementations a conduit à une augmentation substantielle de la biomasse de poisson dans les zones de non pêches et l’effet réserve dans les zones de pêche, la dorade de Randall, Nemipterus randalli, est devenue la colonne vertébrale financière de la communauté de pêcheurs. De plus, les données socio-économiques ont clairement démontré que le mérou blanc, Ephinephelus aeneus, a constamment augmenté après environ 10 ans d’effondrement et a commencé à générer un important revenu pour la communauté avant que l’interdiction nationale ne soit déclarée sur cette espèce en septembre 2016. Le succès de l’Aire Marine Protégée de la Baie de Gökova a déclenché une plus grande implication des autorités gouvernementales et à la demande de la Société de Conservation méditerranéenne, les zones de non pêche ont été étendues de 25% représentant ainsi 3000 ha couvrant désormais d’important habitats de coralligène et d’herbiers marins. De plus, la zone interdite au chalutage et à la senne a été étendue de 267 600 ha sécurisant la plupart des habitats importants par rapport à la pression de ce type de pêche et a permis d’établir une zone de sécurité pour les communautés de pêche à petite échelle. L’application des règlementations dans l’AMP est toujours la plus importante et complexe activité de gestion de la Société de Conservation méditerranéenne avec une augmentation continue des stocks de poissons..

PANEL DISCUSSION 3: Les AMP et le carbone bleu

ETUDE DE CAS :

Cartographie de l’herbier à Posidonia oceanica en Corse
Intervenant :  Gérard Pergent, Université de Corte, France
La cartographie des herbiers à Posidonia oceanica, mais également des autres biocénoses, a été réalisée tout autour de la Corse (> 1 000 km de côtes) à l’aide de photographies aériennes pour la partie superficielles (entre la surface et -15 m) et de capteurs acoustiques (sonar à balayage latéral et sondeur multifaisceaux) pour la partie profonde. L’ensemble des données acquises font l’objet d’une validation in situ et sont intégrées, après traitement informatique, dans un système d’informations géographiques (SIG).
La surface des herbiers à Posidonia oceanica est évaluée à 53 460 ha, soit plus de 50% des fonds entre 0 et 50m de profondeur. La précision de ces cartes permet également d’identifier et de quantifier les impacts anthropiques (chalutage, mouillage). Enfin l’utilisation d’un sondeur à sédiment nous a également permis de mesurer les hauteurs de matte et d’estimer que les quantités de carbone séquestrées au niveau du site NATURA 2000 du « Grand herbier de la plaine orientale », pourraient atteindre près de 50 millions de tonnes.

ETUDE DE CAS :

Projets LIFE Blue Natura et MPA-Adapt
Intervenant :  Maria del Mar Otero, IUCN Med
 Le projet LIFE Blue Natura sera présenté, il est le premier projet européen sur le Carbone Bleu pour quantifier les dépôts de carbone et les taux de séquestration sur ces habitats pour définir et faire une évaluation approximative des services environnementaux rendus par ces habitats pour atténuer le changement climatique.
Le nouveau projet Interreg MPA-Adapt sera aussi présenté. Les objectifs de ce projet sont de développer des plans d’adaptations collaboratifs et adaptés à chaque site pour les AMP permettant d’améliorer la résilience aux impacts du changement climatique. Ceci sera réalisé grâce au renforcement de capacité pour une gestion efficace, une évaluation des risques et en explorant les actions potentielles et les priorités nécessaires pour assurer l’adaptabilité et la résilience de la biodiversité et des communautés locales. Il s’agit aussi d’intégrer les évaluations de la vulnérabilité et la planification de l’adaptation basée sur la nature dans les cadres de gestion existants en fournissant des lignes directrices aux gestionnaires et aux acteurs locaux pour mettre en oeuvre et tester des approches liées au changement climatique, créant ainsi la première section des sites sentinelles parmi les AMP de Méditerranée..